Profil de membre

Diana Averill Bates

Membre régulier

Professeure titulaire

Département des sciences biologiques, UQAM



Courriel: averill.diana@uqam.ca

Téléphone: 514-987-3000 poste 4811

IDENTIFICATION

LISTE DES MEMBRES

Ph.D. Biologie clinique, Universiy of Otago, Nouvelle Zélande, 1983


B.Sc. Chimie (avec honneurs), University of Canterbury, Nouvelle Zélande, 1978

FORMATION

  1. 1)Toxicologie cellulaire et induction de l’apoptose par les xenobiotiques (médicaments, pesticides)


Le stress oxydatif représente un déséquilibre entre les pro-oxydants et les défenses cellulaires antioxydantes. Les pro-oxydants, tels que le superoxyde, le peroxyde d'hydrogène et le radical hydroxyle, sont réactifs et toxiques et causent des dommages aux protéines, lipides, membranes et acides nucléiques et, en doses suffisantes, peuvent induire la mort des cellules. Les mécanismes d'action d'un grand nombre de substances toxiques impliquent l’induction du stress oxydatif (exemple du médicament Adriamycine, et de polluants de l'environnement tels que l'herbicide paraquat, la toxine aquatique tri-butyle-étain (TBT) et les pesticides organochlorés). Notre recherche vise à mieux comprendre les mécanismes d'action des substances toxiques afin de tenter d'en contrôler la toxicité. Nous étudions, du point de vue biochimie et signalisation cellulaire, les mécanismes de cytotoxicité, la mort cellulaire par apoptose et par nécrose, le stress au réticulum endoplasmique et l’autophagie, tous induits par le stress oxydatif et des substances toxiques dans des cellules de mammifères incluant des hépatocytes. Nos travaux contribuent à l'avancement des connaissances sur les mécanismes d'action d'une série d'agents toxiques, aux niveaux cellulaires et moléculaires.


  1. 2)Induction de l’apoptose par l’acroléine, un aldéhyde très pertinent pour la santé humaine et animale


L’acroléine est un polluant omniprésent dans l’air qui se trouve dans tous les types de fumées, notamment dans la fumée de cigarette, la fumée de feux et dans les huiles de cuisson surchauffées. Dans les villes, l’acroléine se trouve comme polluant dans l’air généré par les processus de combustion du bois, du plastique et les rejets d’automobiles. L’acroléine est produite dans les cellules par oxydation des lipides lors du stress oxydatif. L’acroléine peut favoriser le développement de maladies pulmonaires (fibrose kystique, asthme et emphysème), l’athérosclérose, la maladie d’Alzheimer, la néphrotoxicité du diabète et le processus de carcinogenèse. Ce projet étudie comment l’acroléine induit l’apoptose dans les cellules pulmonaires. Il est important de bien comprendre les mécanismes de toxicité des substances telles que l’acroléine dans les cellules et tissus afin de trouver des stratégies pour protéger la santé humaine et animale contre leurs effets néfastes.


  1. 3)La réponse adaptatrice de survie cellulaire induite par de faibles stress

Afin de lutter contre une multitude de substances toxiques, les cellules ont développé une grande variété de stratégies de survie. La préexposition à des doses non létales (stress oxydatif, choc thermique, substances toxiques, etc…) peut entraîner une réponse adaptatrice qui permet à la cellule de continuer à fonctionner normalement malgré un stimulus hostile. Les réponses adaptatrices seraient contrôlées par un groupe de gènes anti-apoptotiques et leurs produits (protéines de choc thermique, antioxydants, protéines anti-apoptotiques) qui protègent la cellule contre divers stress toxiques ou environnementaux. Si la réponse adaptatrice se révèle incapable de protéger la cellule, celle-ci est alors éliminée par des mécanismes tels que l’apoptose. La thermotolérance est une réponse adaptatrice de survie induite par une préexposition à la chaleur à des températures modérées non létales de l’ordre de celles encourues lors de fièvres (environ 40°C). Les cellules deviennent alors résistantes à des menaces telles que le choc thermique, le stress oxydatif ou à des facteurs de stress environnementaux. Ce phénomène est généralement associé à l’accumulation de protéines de choc thermique. Nos recherches ont récemment démontré que l’exposition de cellules à un faible stress peut engendrer la production d’autres molécules de défense telles que les antioxydants ou les protéines protégeant du stress du réticulum endoplasmique. Nos travaux portent actuellement  sur le rôle d’autres mécanismes de défense tels que l’autophagie et les cascades de signalisation cellulaire impliquées. Une meilleure compréhension des réponses de survie induites par de faibles stress pourrait permettre de trouver de nouveaux moyens de protection contre les effets néfastes des contaminants environnementaux.

PROJETS DE RECHERCHE

Mécanismes de l'apoptose, autophagie et signalisation cellulaire induits par le stress oxydatif (aldéhydes, ex: acroléine), le choc thermique, les pesticides et autres polluants de l’environnement. Rôle protecteur des molécules de défenses cellulaires (antioxydants, protéines de choc thermique) et réponse adaptatrice de survie cellulaire.

INTÉRÊTS

Mélanie Grondin

Stagiaire post-doctorale


Mélanie Chow-Shi-Yée

Candidate Ph.D. en biologie


Sarah Kassis

Candidate M.Sc.


Imène Cherbra

Candidate M.Sc.

ÉQUIPE

Photos utilisées sous la license Creative Commons de Wikimedia