Profil de membre

Maikel Rosabal

Membre régulier

Professeur associé

Département des sciences biologiques, UQAM



Courriel: rosabal.maikel@uqam.ca

Téléphone: 514-987-3000 poste 3924

IDENTIFICATION

Ph.D. Éco-toxicologie, Institut national de la recherche scientifique, Centre Eau Terre et Environnement    

          (INRS-ETE), Canada, 2015


B.Sc. Biochimie, Universidad de La Habana, Cuba, 2002

FORMATION

  1. 1)Mécanismes de détoxication et toxicité intracellulaire des contaminants inorganiques chez des organismes aquatiques


Ce projet de recherche a pour objectif de déterminer les mécanismes subcellulaires de détoxication déclenchés par des organismes aquatiques exposés à certains éléments traces potentiellement toxiques (e.g., Ag, Cd, Hg, Ni, Tl). Nous étudions comment les cellules activent l’expression de métallothionéines (MT) ou de protéines thermostables semblables aux MT ainsi que l’incorporation des éléments traces aux structures granulaires une fois que ces contaminants sont bio-accumulés. Sur le plan toxicologique, la toxicité intracellulaire de métaux traces est évaluée d'après l’accumulation des métaux traces dans des sites «sensibles » (e.g., organites, enzymes thermosensibles du cytosol) où ils interagissent avec des biomolécules physiologiquement importantes, ce qui peut induire des effets délétères. Ces mécanismes moléculaires et cellulaires sont étudiés en considérant de nombreux facteurs qui vont influencer ces réponses tels que le type de métal, la concentration du métal, l’organe étudié, l’organisme en question, la voie d’exposition, l’état physiologique de l’organisme, l’interaction entre métaux (e.g., Se-Hg, Se-Cd). L’ensemble de ces informations peuvent être utiles pour raffiner les évaluations de risques environnementaux en précisant les concentrations de métaux accumulés qui sont susceptibles de causer des effets néfastes.



  1. 2)Effets biochimiques et physiologiques des éléments traces (mitochondrie et cytosol)


Ce projet vise, dans un premier temps, à identifier et à caractériser biochimiquement des biomolécules intracellulaires (e.g., enzymes, facteurs de transcription, protéines régulatrices, acides aminés) ciblées par des métaux traces. À l’aide de stratégies analytiques multidimensionnelles incluant des étapes de chromatographie et de spectrométrie de masse élémentaire et moléculaire (e.g., SEC-ICPMS, nHPLC-ICPMS, nHPLC-MS\MS), nous identifions ces biomolécules et en déterminons la concentration. Les fractions subcellulaires les plus impliquées dans les accumulations intracellulaires de métaux traces (e.g., cytosol, mitochondries) font l'objet de telles études. En plus de ces analyses, nous étudions l’activité biologique de ces biomolécules en fonction de gradients de bioaccumulation en métaux traces afin de déterminer les processus intracellulaires affectés par l’accumulation de contaminants inorganiques. Dans ce contexte, nos études se concentrent sur les fractions mitochondriales étant donné l’importance de ces organites pour les cellules. À l’aide d'approches moléculaires, nous évaluons l’impact de ces contaminants dans les processus biochimiques mitochondriaux tels que le cycle de Krebs, la chaîne respiratoire, la production d’ATP. D’autres paramètres physiologiques sont également mesurés. Ces études contribuent à mieux comprendre la toxicité intracellulaire de contaminants inorganiques chez des organismes aquatiques récoltés dans des environnements contaminés.

PROJETS DE RECHERCHE

Fractionnement subcellulaire des contaminants inorganiques, mécanismes d’action moléculaires, biochimiques et physiologiques des éléments traces, biomarqueurs d’exposition et de toxicité, interactions métaux-protéines, effets antagonistes/synergiques des éléments traces, techniques hyphenated, métallomique environnementale.

INTÉRÊTS

Tania Charette

Candidate Ph.D.

Co-directeur: Marc Amyot (UdeM)

ÉQUIPE

LISTE DES MEMBRES

LISTE DES MEMBRES